_MG_34241.png
 
caroline bron

artiste_plasticienne

Au croisement de l'écriture et de la sculpture/installation ma pratique, qui se rapproche des recherches de la Poésie Concrète sur la matérialité du langage, a pour point de départ la collecte de traces trouvées. 
 
Livres invisibilisés ou déclassés, formes épistolaires abandonnées ou oubliées constituent ces témoignages matériels ou immatériels sur le bord de la disparition que je cherche à actualiser ou à activer.
Souvent sérielles et principalement en noir & blanc mes pièces sont le résultat d'une combinaison de gestes opposés de préservation/ inscription et d’altération/effacement.
Impermanence, survivance, rémanence, anachronisme, ces «émanations du temps» selon la formule de G. Didi-Huberman, sont les notions articulant ma démarche.
Au cœur de celle-ci, interroger les formes en sursis.

J'aborde la performance comme temporalité, en revisitant la question de sa finitude, et ses modalités.
 

 Culture 

de la série "Les Jetables"
2021

sculpture.png

 Nous espérons que vous allez bien 

2020

-

vue de l'exposition "Boxon Salin" Bonus-Nantes, déc. 2020 - (crédits vidéo B.T.)

"Des enveloppes administratives reconstituées. Moyens de transport terne, il faut attendre que le pouce de l'artiste vienne ouvrir les étroites fenêtres pour dévoiler les paysages disparus.

La carte ainsi montrée rappelle que le geste révélateur est insuffisant pour atteindre l'être contenant.

Au dos les mots souvenirs ne seront peut être plus jamais lus."

-

texte, A. Gatle, 'Fragile résistance', 2021, extrait

 73OKT2015 

2020

 Nature / Culture / Amour  

de la série "Les Jetables"
2021

-

vue de l'exposition "MicroWave",

Bonus-Nantes, mai 2021

caroline_bron

 à Luigi 

2021

 à Luigi 

p.22-23,

p.64-65,

p.13,

p.215-216

-

Vue de l'exposition à la galerie Sabrina Lucas, Nantes, déc. 2021/Fév. 2022

(c) caroline bron.jpg
(c) caroline bron

 Lemore Kandel 

2020/21

plâtre, encre, fil de coton teint

18x38cm

"Alors, on continue de promener notre regard avec plus d'attention, sur cette succession d'objets. Sur des feuilles plâtrées, la forme presque informe porte des mots composés. Violents, crus, ils sont parvenus à passer l'épreuve du temps. Leurs auteur.es, des femmes de la Beat Generation.

 

Ces morceaux de poèmes choisis par Caroline Bron, questionnent nos cultures underground. Dans les marges, des espaces souterrains, qui contiennent leur lot de délaissées: cette fois se sont les femmes, les rejetées, les invisibilisé(e)s."

"Et puis, on pousse un peu plus le jeu de l'intellect rétinien, car de tous ses plâtres à paraître, au fond des surfaces blanchies et irrégulières, la lumière toujours trouve quelque part aspérités pour s'accrocher.

 

Certes les objets appauvris de leurs fonctions, sans plus de présence, ne sont presque rien. Mais cette ultime trace un peu vaine que se plaît à reconstituer la plasticienne se remet à parler.

 

Le langage est expressif, que pourrait-il dire de plus, que ce que l'on ne cesse de répéter : l'amour. Et l'amour Hardcore aime à hurler « sers toi de tout, ne gâche rien »".

-

texte, A. Gatle, 'Fragile résistance', 2021, extrait