démarche

artistique

  

La nuit est tout autour de nous.
Une obscurité au sein de laquelle existe

tout ce qui est connu.                
Robert Duncan, in L’ouverture du champ, ed. Corti, 2012

Caroline Bron porte un intérêt particulier à la forme imprimée oubliée, trouvée en marge du flux de la consommation, qu'elle actualise comme support ou matrice.

A partir de cette matière résiduelle elle réalise principalement des empreintes qu'elle découpe puis remonte et colle «à la main» selon un protocole voisin du montage analogique de négatifs. Les tirages réalisés dans du plâtre sont ensuite assemblés avec d'autres éléments trouvés, comme des fragments de récit, de poésie, ou d'image.

Parfois encrés, le plus souvent laissées avec leurs aspérités et leurs irrégularités, ces empreintes bricolées, sérielles, minimales, oscillent entre solidité et fragilité, permanence et épuisement de la matière trouvée/ matière ressource.

Sa pratique, de mise en sculpture du texte et de l'image trouvés, livre des formes «imprimées» dans l'agglomérat plâtreux qui nous invitent à déjouer nos habitudes perceptives ou à porter un regard, parfois caustique, sur certaines de nos formes culturelles.

plasticienne